Haïti/Carnaval : Uriner, un besoin qui se fait partout

Mercredi 14 février 2018.- Au carnaval, on bouge, on chante, on marche, on danse, on saute … l’ambiance rend soif et boire pousse à uriner.

Ce besoin physiologique est satisfait à tout endroit et par n’importe quelle façon au Champs de mars au cours des festivités carnavalesques, les 11, 12 et 13 février 2018, a constaté un reporteur de Vant Bèf Info (VBI).

Sans retenu, sans gêne, sans scrupule, l’homme exhibe son penis pour uriner, la femme accroupie ou en position demi-assise arrage le bord de sa culotte pour laisser couler le liquide. Le sexe est à vu d’oeil !
On urine dans un coin à peine discret, à côté d’un véhicule, au dessous d’un stand, ou tout simplement au beau mileu de la rue. Tous les endroits deviennent des toilettes circonstantielles. La plupart du temps pas trop loin d’un marchand de friture, de nourriture. Des carnavaliers en position assis ou debout, achètent et mangent sur la rivière des urines tout en inhalant l’odeur puante.

Ce qui pose un vrai problème de santé publique. Autre situation qui favoriserait un tel comportement est l’absence de toilettes mobiles à proximité. Il faudrait marcher longtemps avant de trouver une toilette pré-fabriquée.

L’Etat ne devrait-il pas la prochaine fois prendre toutes les dispositions logistiques nécessaires afin d’installer des toilettes à proximité pour les carnavaliers ?

Vant Bèf Info

Le Naturalisme Bar

Laisser un commentaire