Haïti-Droits humains : L’expert indépendant de l’ONU préconise la conclusion du processus électoral parmi ses recommandations

Port-au-Prince, le 1e mars 2016.- Au cours d’une conférence de presse bilan donnée, à la base de logistique de la Minustah, le 1e mars 2016, l’expert indépendant des Nations unies, Gustavo Gallón dit relever « cinq aspects de violation des droits de l’homme qu’il considère comme les plus urgents », avons-nous appris à la rédaction de Vant bèf info (VBI).

L'expert indépendant des Nations unies, Gustavo Gallon

L’expert indépendant des Nations unies, Gustavo Gallon

Selon ledit expert, ces aspects de violation des droits humains dans le pays sont « l’analphabétisme, la détention préventive prolongée, l’impunité sur les violations des droits humains du passé, la situation pénible des personnes affectées par des facteurs allant au-delà de la responsabilité de l’État et l’absence d’élections ».

 

Gustavo Gallón a, par ailleurs, proposé aux autorités de réaliser des efforts supplémentaires notamment au niveau de ces 5 aspects de violation des droits humains susmentionnés dans le but de « surmonter la grave situation des droits humains en Haïti ».

 

L’expert a précisé qu’ « il s’est entretenu avec les plus hautes autorités du gouvernement qui se sont engagés à prendre des mesures, dans les limites de leur mandat court et provisoire, pour avancer dans les domaines » précités.

 

Au terme d’une rencontre avec le président [provisoire de la République], Gustavo Gallón a déclaré que celui-ci « s’est engagé à faire un recensement des personnes emprisonnées pour vérifier qui d’entre elles ont été emprisonnées pour un temps égal ou supérieur à la peine qui leur serait théoriquement applicable… »

 

S’agissant de l’impunité, l’expert a « recommandé de créer une commission de vérité, justice et réparation pour les graves violations commise par les régimes des Duvalier, les régimes militaires et de M. Aristide ». Le président provisoire « s’est engagé à jeter les bases de cette commission dans les limites de son mandat », a poursuivi Gustavo Gallón.

 

En marge de cette conférence, l’expert a indiqué qu’une visite réalisée à Ouanaminthe lui a permis de « faire un appel aux autorités haïtiennes pour prendre les mesures nécessaires pour éviter les expulsions de la République Dominicaine aussi bien qu’à améliorer la capacité de l’État pour garantir les droits de ces individus à leur arrivée en Haïti ».

 

« Presque la moitié de la population du pays ne sait pas lire ni écrire, ce qui constitue une violation en soi qui se répète chaque jour, mais surtout qui donne lieu à d’autres violations de droits élémentaires… », a-t-il estimé.

 

Pour finir, l’expert appel à la conclusion du processus électoral. Il a salué au passage la volonté affichée par le président provisoire en vue de « trouver une solution juste et efficace, conformément aux accords faits aux très courts délais fixés pour mener à bien la transition politique en cours ».

 

À rappeler que la présentation du rapport de l’expert indépendant au Conseil des droits de l’homme est prévue pour le 22 mars 2016, à Genève, en Suisse.

 

Vant bèf info (VBI)

Le Naturalisme Bar