Haïti-Éducation : Ce que coûte le PSUGO au pays

Une copie du rapport (département de l'Ouest)

Une copie du rapport (département de l’Ouest)

Port-au-Prince, le 9 décembre 2015.- Le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) a présenté, le 8 décembre courant, le dernier rapport à date autour du Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO), a constaté un reporter de la rédaction de Vant bèf info (VBI).

Ce rapport réparti en 10 documents, allusion faite aux 10 départements géographiques du pays, dont les uns plus volumineux que les autres, contient le nom des écoles bénéficiaires de la subvention, le département ainsi que la commune où se trouve l’institution, son adresse ainsi que le nom du directeur de l’établissement scolaire.

« Au total, suivant les données disponibles, 8. 636 écoles privées, impliquées dans le PSUGO, ont été recensées depuis le lancement dudit programme. 5. 033 écoles se retrouvent dans l’Ouest, 1. 810 dans l’Artibonite, 453 dans le Nord, 324 dans le Centre, 300 dans la Grand’Anse, 292 dans le Nord-Ouest, 153 dans le Nord-Est, 99 dans le Sud, 90 dans les Nippes et 82 dans le Sud-Est », lit-on dans l’introduction dudit rapport.

Le MENFP, à travers cette introduction signée par l’inspecteur général en chef et l’inspecteur général dudit ministère, respectivement Charles Levelt JOSEPH et Jackson PLÉTEAU, affirme que « l’État a investi 6. 803, 826, 030.47 milliards de gourdes de novembre 2011 à la mi-septembre 2015 pour la subvention de l’écolage des enfants à raison de 90 dollars us par enfant. »

Selon Charles Levelt JOSEPH, le ministère est actuellement en train de procéder au « recadrage du PSUGO allant de l’exclusion jusqu’à la fermeture des écoles hors normes. » Ces décisions ont été prises de concert avec différentes institutions concernées.

Dans une circulaire titrée « renforcement du contrôle de la subvention aux écoles privées » et publiée sur le site internet du ministère, ce dernier défini les critères permettant aux écoles de continuer à bénéficier de la subvention du PSUGO et du projet Éducation pour tous (EPT). Ces critères sont : « l’état sécuritaire du bâti, la disponibilité de toilettes, d’un point d’eau et d’espace de vie-jeux, la liste de formation de classe, les palmarès des quatre examens (contrôles) réalisés au cours de l’année. »

Vant bèf info (VBI)