Haïti – émigration : Des jeunes haïtiens quittent le pays en masse

Port-au-Prince, le 23 juillet 2017.- De plus en plus de compatriotes, en majorité des jeunes, laissent le pays pour le Chili qui est devenu le nouvel El dorado pour les Haïtiens​.

Des Haitiens (e) s’apprêtant à prendre l’avion… (Photo Facebook)

Plusieurs agences de voyages proposent sur des médias sociaux et des compagnies de téléphone cellulaires des offres alléchantes pour des voyages au Brésil et surtout au Chili, comme l’une d’elles qui annonce qu’avec « 999 USD on peut acheter son billet d’avion pour le Chili ».

 

Les compagnies aériennes aussi multiplient leur vol en direction d’Haïti. Si pour se rendre en Amérique du Sud Copa Airlines était l’unique compagnie aérienne via une escale à l’aéroport de Panama City, la compagnie chilienne Latin American Wings ou LAW depuis quelques mois relie Port-au-Prince à Santiago de Chili via l’aéroport de Lima au Pérou.

 

Désespérés par la chèreté de la vie, le chômage et surtout un avenir incertain, les jeunes n’ont qu’une idée en tête que de laisser le pays. Certains ont dû vendre tous leurs​ biens (maisons, terrains, voiture …) « pour quitter cet « enfer » que représente Haïti en espérant aller vivre mieux notamment au Chili ».

 

Pourtant le décor de ces voyages attriste parfois d’autres passagers en partance vers d’autres pays. Sur leurs pages Facebook, l’animateur Jhonny Celicourt et l’anthropologue Norluck Dorange ont tiré la sonnette d’alarme face à cette longue file de jeunes haïtiens qui prennent l’avion presque chaque jour en direction du Chili.

 

Taiwan, une autre terre d’accueil

Suite au communiqué de presse de l’Ambassade de Taiwan en Haïti qui stipule que les Haïtiens n’auront pas besoin de visa pour un voyage de 90 jours en République de Chine Taiwan, plusieurs compatriotes en ont vu une opportunité. Certains commencent déjà à visiter des sites de voyage pour simuler un voyage Port-au-Prince – Taipei.

 

Le trajet varie entre 1,500 à 2,000 USD, et certains pensent déjà émigrer là-bas. « Après six refus à l’Ambassade américaine, pourquoi pas tenter une chance à Taiwan », soupire un ingénieur et père de famille qui dit vouloir effectuer d’abord un voyage d’exploration avant d’aller s’installer à Taiwan.

 

Même si le problème de la langue est posé, les compatriotes ont démontré que même s’ils ne parlent pas bien le français (langue officielle d’Haïti), ils parlent couramment le portugais brésilien en arrivant au Brésil.

 

« Avec ces vagues de migrations​ vers le Chili et autres pays, le pays risque d’avoir une population inférieure à 1,000,000 d’habitants dans les cinq prochaines années si rien n’est fait pour soulager le peuple », prévient Pierre, un commerçant sexagénaire.

 

Vant bèf info (VBI)

Le Naturalisme Bar

Un commentaire

  • Joseph Hébert LUCIEN

    Ce qui se passe présentement n’est que la résultante de la somme des dégâts causés par les pseudos dirigeants haïtien.

    Ils mentent pour accaparer le pouvoir, une fois arrivé ils pillent le trésor public.
    L’argent volė se trouve en banque étrangère.
    Ils sont soutenus dans leur malsaine entreprise par les puissances étrangères.
    Assurés, ils continuent à voler et ne laissent autre choix à nos compatriotes que celui de fuir le pays.

    J H L.