Haiti-Politique : Combien vont coûter les partis politiques à l’État haitien?

Port-au-Prince, le 1e décembre 2017.- D’ici la semaine prochaine, les partis politiques vont percevoir la rondelette somme de 47.6 millions de gourdes de l’État haitien, a révélé hier jeudi 30 novembre le rapport du comité de suivi pour le financement et l’institutionnalisation des partis politiques.

Vue partielle des représentants des partis politiques, sous le regard du Ministre de l’intérieur

Selon l’un des responsables de ce comité, 58 partis politiques sont habilités à recevoir ce financement de la part de l’État.

 

Mathias Pierre, représentant de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haitienne (LAPEH) au sein dudit comité, a précisé que chaque mois « le trésor public devra verser 47 millions 656 mille gourdes aux partis politiques. »

 

« L’un des critères fondamentaux pour déterminer la somme que le parti devra bénéficier est le nombre d’élus que compte chaque parti politique », a indiqué Mathias Pierre qui citait le rapport du comité de suivi pour le financement et l’institutionnalisation des partis politiques.

 

Le tableau de répartition de ces fonds qui seront alloués aux partis politiques se présente ainsi :

 

Le Parti haitien tèt kale (PHTK), le parti au pouvoir, 6 millions 62 mille gourdes ;

 

Vérité, 4 millions 49 mille gourdes ;

 

Konvansyon inite demokratik (KID), traduction littérale Convention pour l’unité démocratique, 3 millions 49 mille gourdes ;

 

L’Organisation du peuple en lutte (OPL), 3 millions 34 mille gourdes ;

 

Le parti Ayiti an Aksyon (AAA), 3 millions de gourdes ;

 

Fanmi Lavalas (traduction littérale Famille Lavalas), 2 millions de gourdes ;

 

Pitit Desalin, 1 million 42 mille gourdes.

 

Le reste des structures politiques pourront bénéficier la somme de 100 mille à 107 mille gourdes, chaque mois. Aussi, sera-t-il accordé une subvention aux partis politiques qui ne sont éligibles pour bénéficier dudit financement.

 

En marge de la rencontre sur le financement des partis politiques, les membres du comité en ont profité pour rappeler qu’une entité de contrôle devrait être créée au Ministère de la justice et de la sécurité publique (MJSP) afin de servir de vis-à-vis entre l’État et les partis politiques dans l’octroi et l’utilisation de ce financement.

 

Vant bèf info (VBI)

Le Naturalisme Bar

Laisser un commentaire