Haïti-Santé : « Le choléra en Haiti, 7 ans après? »

Port-au-Prince, le 22 octobre 2017.-Sous ce thème, le Réseau haitien de journalistes en santé (RHJS) a commémoré, le vendredi 20 octobre 2017, l’introduction du choléra dans le pays par le contingent népalais de la Minustah.

De g. à d. Me Mario Joseph, Antonal Mortimé et Claude Bernard Sérant

En présence de plusieurs journalistes dont un reporter de Vant bèf info (VBI), les panélistes Me Mario Joseph et Antonal Mortimé, entre autres, ont dressé un bilan de la situation par rapport à ce dossier.

 

En absence du représentant du Ministère de la santé publique et de la population (MSPP), c’est le Secrétaire général adjoint du RHJS, Claude Bernard Sérant qui a rappelé les « efforts réalisés » par ledit ministère afin de combattre cette maladie.

 

Pour sa part, Antonal Mortimé a reconnu qu’une situation de violence a existé dans le pays en 2004 après la « démission » du président Jean-Bertrand Aristide.

 

Cependant, il a estimé que la présence de la Minustah dans le pays n’a occasionné que la violation systématique des droits humains avec la mort de plus de 10 mille compatriotes, sans compter les 800 mille personnes infectées par le choléra.

 

Le représentant du Bureau des avocats internationaux (BAI), Me Mario Joseph a souligné la négligence des autorités haitiennes en ce qui a trait à la lutte pour éradiquer cette maladie dans le pays.

 

Il en a profité pour rappeler la déclaration du président de la République à la 72e Assemblée de l’ONU (septembre 2017) où le Chef de l’État avait posé le problème du choléra. Cependant, l’homme de loi dit s’attendre à des actions concrètes du côté de l’exécutif.

 

À rappeler que l’ancien Secrétaire
général des Nations Unies, Ban Ki Moon avait dévoilé, à New York, en décembre 2016, un plan pour lutter contre le choléra en Haiti. Aussi, a-t-il demandé pardon au peuple haitien pour l’introduction du choléra dans le pays par des casques bleus.

 

Vant bèf info (VBI)

Le Naturalisme Bar