Haïti/Société : Les petrochallengers se seraient-ils divisés ?

Les groupes de petrochallengers “Nou pap konplis’ et “Nou pap dòmi” sont à couteaux tirés. Ils n’arrivent pas à s’entendre sur le vrai objectif du mouvement et lancent l’un envers l’autre des accusations.

Port-au-Prince, le 13 juin 2019.- Sur son compte twitter l’un des responsables du groupe petrochallenge baptisé “Nou pap konplis”, Ricardo Fleuridor a appelé au boycott de l’initiative lancée par la frange petrochallenge “Nou pap dòmi”, de faire à sept reprises le tour du Palais national, les 13 et 14 juin 2019.

Ricardo Fleuridor qui intervenait à l’émission Haïti Débat sur Scoop FM, ce jeudi, accuse les membres de “Nou pap dòmi” d’agir unilatéralement et de n’avoir pas concerté avec les autres franges de ce mouvement autour de la dernière initiative.

Selon Fleuridor, l’une des principales causes de discorde entre ces deux structures de petrochallengers c’est qu’elles n’arrivent pas à s’entendre sur l’objectif du mouvement petrochallenge.

Ricardo Fleuridor fustige le comportement des dirigeants du groupe “Nou pap dòmi” qui, selon lui, donnent une couleur politique au mouvement, et de fait, il serait déjà récupéré par des politiciens et hommes influents de la bourgeoisie haïtienne, souligne-t-il.

Ricardo Fleuridor dit ne pas vouloir répéter l’expérience de 2004, où selon ses dires, la jeunesse de cette époque a été exploitée par des acteurs économiques. En ce sens, il dit craindre qu’en 2019, qu’un groupe du secteur économique influent ne prenne le contrôle du mouvement à des fins personnelles.

Ricardo Fleuridor souligne que son groupe baptisé “Nou pap konplis” est un groupe de petrochallengers, et que toute personne qui reclame des comptes sur l’utilisation du fonds Petro Caribe est un petrochallengers.
Toutefois, il souhaite qu’il y ait une entente entre les différents groupes, ce, en vue de définir un objectif commun pour continuer la lutte contre la corruption en exigeant un procès équitable sur le dossier Petro Caribe.

Réagissant à cet même espace médiatique sur les déclarations de son ex-partenaire de lutte, Velina Élysée Charlier du groupe “Nou pap dòmi”, a qualifié Ricardo Fleuridor de “menteur”.

Selon elle, chaque structure petrochallenge a le droit de lancer ses propres initiatives dans ce combat contre la corruption dans le pays.

Elle nie toute relation avec la structure politique dénommée “la troisième voie” et des leaders de “Ayiti Nou vle a”.

Velina Élysée Charlier dément, par ailleurs, un quelconque financement extérieur des initiatives de son groupe. Selon elle, les dépenses inhérentes aux différentes activités de “Nou pap dòmi” préviennent des cotisations des membres de cette frange.

Vant Bèf Info VBI