Haïti/Choléra:L’ONU demande pardon au peuple haïtien

Dans la langue maternelle du peuple haïtien, le secrétaire général sortant de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), Bann Ki-Moon, a déclaré que :  » les Nations-Unies regrettent profondément les pertes en vies humaines et les souffrances causées par l’épidémie de Choléra. »


Bann Ki-Moon qui intervenait le jeudi 1er décembre 2016, à la tribune de l’ONU, à New-York (Etats-Unis d’Amérique), reconnaît que l’organisation onusienne n’a pas fait assez concernant la maladie et sa propagation en Haïti, a appris Vant Bèf Info. 

Il a exprimé sa profonde désolation pour le rôle de l’ONU dans l’implémentation du Choléra en Haïti.
Nous publions la version créole de la déclaration de Bann Ki-Moon :  

 » Jodi a map di pèp ayisyen : Onè ! Respè !

Nou pran gwo lapenn

Poutet kantite moun ki pèdi lavi yo nan kolera,

Ak kantite soufrans maladi a mennen nan peyi Dayiti.

Nan non Nasyonzini, mwen vle di aklè : nap mande pèp ayisyen padon !

Nou pat fè ase lè maladi kolera a rive, epi lè li blayi

nan peyi a.

Nou regrèt anpil.

Mwen konnen padon pa gueri maleng.

Men mwen konnen tou Nasyonzini ap kanpe djanm bò kote viktim yo,

bò kote pèp ayisyen jistan kolera kaba.

Nou vle jodi a atake kolera ak plis fòs ak detèminasyon,

pote kole ak jefò kap fèt pou plis ekip lasante bay sekou rapid . Pou tout moun jwenn dlo pwòp ak lasante nan plis bouk nan peyi a.

Epi fè tout sa nou kapab pou fanmi viktim yo jwen yon lavi.

Mèsi anpil. (Fin de texte)

Vant Bèf Info 

Le Naturalisme Bar

Un commentaire

  • Ayiti Toma

    Cela me rappelle étrangement les larmes de Bill Clinton devant le Congrès américain lorsqu’il voulait avoir ce « job » dans la CIRH. Des larmes de croccodiles. Il pensait probablement à tout l’argent qu’il allait amasser. Et de fait, li ranmase….

    Là maintenant c’est au tour de Monsieur Ki-moon de jouer cette carte du remords exprimé publiquement pour collecter de l’argent sur le dos d’Haïti.

    Jou peyi a sa’a disparèt, y’a sezi wè konbyen blan ki pral pote dèy !!!

    Yo di sa rele Disaster Business oswa Humanitarian Business.

    Merci Mister Blanc.