Haïti/Fête des Pères : Quand des hommes d’Etat abandonnent leurs enfants

« Pourquoi mon père m’a-t-il abandonné ? » Lâche un enfant, les larmes aux yeux et le visage affligé. 

En conversation avec un reporteur de Vant Bèf Info, « Wisly » (nom d’emprunt), cet enfant de 8 ans serait prêt à tout donner pour connaitre son père. « Je suis sûr qu’il est vivant, et je voudrais le voir », a-t-il dit. 
Comme « Wisly », beaucoup d’enfants vivent et sont élevés sans les affections et l’attention de leur père. Un problème courant dans notre société où des hommes fuient leur responsabilité parternelle. Dans une enquête conduite par la rédaction de Vant Bèf Info, on relève sur la liste des hommes « irresponsables »  qui abandonnent leur progéniture, des « hommes d’Etat », dont des parlementaires en fonction, des ministres, des hauts cadres et fonctionnaires, des hommes politiques, des hommes d’Eglise, des musiciens, des professionnels, pour ne citer que ceux-là.
Viennent s’ajouter à cette secte, des soldats de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilistation en Haïti (MINUSTAH) qui ont mis enceinte des jeunes haïtiennes et qui abandonnent et la mère et leurs bébés. Ces Casques bleus joueraient  d’immunité diplomatique qui empêcherait toute poursuite judiciaire en ce sens.

Certaines femmes ont abordé la rédaction de Vant Bèf Info, se plaignant d’être abandonnées avec leurs enfants sur les bras par des hommes qui occupent de hautes fonctions de l’Etat et dans la société, VBI a une liste de personnalités publiques se trouvant dans cette situation mais évite de dilviguer leurs noms. 

Selon ces « victimes », ces hommes très influents utilisent leur pouvoir et leurs relations dans toutes les sphères de l’Etat pour faire pression sur elles afin qu’elles se taisent. Sans toutefois, prendre l’engagement d’assumer leur responsabilité à l’égard de leur « Sang ». Pourtant, la plupart ont les moyens économiques pour prendre soin de leurs enfants, il s’agit tout simplement d’irresponsabilité.
Ce cas est aussi relaté au niveau des institutions morales. Certains hommes de foi (pasteurs) sont rentrés en relations sexuelles avec leurs fidèles. Quand arrive la grossesse, ils fuient leur responsabilité afin de protéger ce qu’ils appellent « leur statut et leur apparence spirituels ». 
Le nombre de pères qui n’occupent pas leurs enfants semble être en nette croissance dans notre société. Selon un responsable du Bien-être social et de Recherches (IBERS) la majorité des cas d’adoption concerne des enfants sans père ou abandonnés par leur papa. 

Un grand nombre des familles haitiennes sont mono-parentales. Une problématique sociale qui malheureusement n’est pas creusée à fond. 
Cependant, il est à souligner l’existence d’une loi sur la paternité responsable, la maternité et la filiation, qui a été votée au Parlement puis promulguée par le pouvoir Exécutif dans le journal officiel de la République « le Moniteur », en Mai 2014. 
Une loi qui ne fait pas peur même aux hommes de loi et aux législateurs.
La rédaction de Vant Bèf Info reste ouverte à d’autres femmes qui voudraient partager leur expérience avec nous. Elles peuvent nous contacter via nos coordonnées publiques. 
Vant Bèf Info

Le Naturalisme Bar