Haïti/Grève:La santé, on s’en fou !

Mercredi 18 janvier 2017.- Les hôpitaux publics sont malades. Les malades ne trouvent pas d’hôpitaux. Les morgues fonctionnent mieux que les hôpitaux publics. Est-ce qu’aujourd’hui  la vie ne représente plus rien pour nous ? 

La salle d’urgence de l’hôpital général vidé de leurs patients

Une visite d’une équipe de Vant Bèf Info (VBI) au plus grand centre hospitalier du pays nous a permis de nous rendre compte de la manière dont nous traitons nos semblables et à quel point la vie humaine n’a plus d’importance. 

L’hôpital de l’université d’état d’Haïti (HUEH) est livré à lui-même. Son personnel de soutien et une partie du personnel médical sont en grève pour exiger une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail. 
Les rares malades qui s’y trouvent n’attendent que le pire car aucun médecin, ni infirmière n’est venu à leur chevet, a expliqué, à un reporteur de VBI, une veille dame blessée à une jambe après un accident de la circulation routière. La partie blessée risque d’être infectée et s’agravée faute de soins. 
Des tas d’immondices envahissent l’espace de l’HUEH qui dégage une odeur puante dans la zone. 
Les rares employés de l’hôpital à être présents s’adonnent sur la cour à la plaisanterie et aux commérages dans le mépris total de l’état des patients. 

Les malades attendent le pire et les autorités sanitaires restent passives face à cette situation et aucune solution n’est à l’horizon. 

Les festivités pré-carnavalesques ont démarré dans la Capitale et le carnaval pour bientôt drainent généralement des victimes de toutes sortes. 

Où va-t-on ammener les blessés ?  Comment l’Etat haïtien compte-t-il répondre à cette situation d’urgence ? 

Vant Bèf Info