Haïti/Infrastructures : Les endroits où les autorités ne passent pas

Vu l’état lamentable des tronçons de Bon Repos, Cazeau, Frères à hauteur de l’académie de police, Mariani, entre autres, on peut se demander si les autorités ont une fois fréquenté ces endroits.

image

L'embouteillage sur la route nationale #1

A chaque pluie, les riverains de la route nationale # 2, à hauteur de Mariani ou de Gressier connaissent l’enfer, a constaté un reporter de Vant Bèf Info.

Les eaux des pluies diluviennes entraînent toutes sortes de débris, des gravas, des fatras, des rochers, pour les entreposer sur la chaussée.

Une situation qui occasionne des embouteillages monstres presqu’à toute heure au niveau de ce tronçon de route qui relie l’Ouest au grand Sud.

Au nord de Port-au-Prince, la situation reste aussi chaotique. Laisser Port-au-Prince pour se rendre dans le Nord ou l’inverse,  la route nationale # 1, par la plaine du Cul de Sac, reste la principale voie. La route 9 est inaccessible. La rivière déborde sur le passage à gué créé après l’effondrement du pont de Duvivier. Conséquence, de longs embouteillages sur la nationale # 1.

Pire, le tronçon entre le sous commissariat de police de Bon Repos et la pompe à essence « Le National » est en piteux états. Des eaux stagnantes, des creux, tout, pour le calvaire des conducteurs. C’est  la même réalité au niveau de l’intersection de Cazeau et la route nationale #1.

A Frères, au carrefour de l’académie de police, ce tronçon donne des sueurs froides aux riverains. La route est aussi en très mauvais état.  Les riverains ont du laisser échapper leur colère, leur frustration, ce lundi 2 mai, pour entamer un mouvement de protestation en bloquant les rues et brûlant des pneus.

La population doit-elle toujours utiliser cette forme de revendication pour qu’elle puisse se faire entendre par les autorités ? S’il n’y a pas de manifestations, de mouvements violents les autorités ne sauront rien des revendications du peuple ? A quoi sert le fonds d’entretien routier pour lequel on prélève des taxes sur les employés ?

Des cris sont donc lancés à l’endroit des autorités ou instances compétentes, chacune en ce qui la concerne, telles que : Le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communication (MTPTC), le Centre National des Équipements (CNE), les Mairies, le Service Métropolitain de Collectes de résidus solides (SMCRS), entre autres.

Certains se demandent comment les autorités pourront comprendre la réalité des citoyens, si elles sont cloîtrées à l’intérieur des palais (national, législatif et judiciaire) ? La réalité n’est-elle pas sur le pavé ?

Vant Bèf Info