Les policiers haïtiens en insécurité ?

Haïti/Sécurité

La présence policière était très timide dans les rues de Port-au-Prince ce matin, contrairement aux jours précédents où les agents de la Police Nationale d’Haïti étaient très remarqués

image

Des agents de la Police administrative

Les rares agents positionnés à certains points apparaissaient inactifs, passifs, apathiques et observaient comme de simples citoyens.

Certains agents, à travers une structure dénommée : « Corporation de 5001 policiers actifs » de concert avec l’association des femmes de policiers haïtiens (AFP), ont lancé deux journées de réflexion ou de « grève », les 15 et 16 mars 2016, en vue d’attirer l’attention des autorités sur les conditions de travail des policiers et sur l’urgence d’adopter une politique de sécurité publique pour faire face à la vague d’insécurité en nette augmentation ces derniers mois.

Les policiers qui sont appelés à garantir la sécurité de la population se sentiraient-ils en insécurité ?  Puisque les bandits qui sèment le deuil dans la société ont les policiers comme cible privilégiée.

Le nombre de policiers assassinés est en nette croissance pour le premier trimestre de 2016.

Si les agents de la PNH croiseraient les bras durant ces deux jours qui assura la sécurité des vies et des biens des citoyens ? S’interroge un observateur.

Une situation tout de même qui crée des inquiétudes chez la population qui attend la position officielle du haut commandement de la PNH.

Vant Bèf Info