Lettre ouverte à la jeunesse haïtienne

Aujourd’hui je ne veux pas rester impassible devant l’égarement de la jeunesse de mon pays, non pas parce que j`ai en main le monopole de la vérité mais parce que la jeune femme que je suis s`est lancée dans cette aventure humaine sans autre appui que sa propre conviction. Avec cette intention profonde d`aider à améliorer mon pays, je tiens à écrire ces quelques lignes en m`adressant à la jeunesse haïtienne, désorientée, accablée, tourmentée qui cherche une voie.

Je veux qu`elle reprenne confiance en elle, et parte a la conquête du monde sac au dos, en comptant premièrement sur elle-même sans aucun esprit de détour.
Qu`elle s`arme de solides valeurs, sans craindre de la mondialisation.

Qu`elle s`échappe à toute forme de manipulation qui la guette pour voir son originalité, affirmer sa personne et se confronter à toute sorte de risque nécessaire pour que le fruit de leur effort ne soit pas passé inaperçu.

Qu`elle soit exigeante, audacieuse, généreuse, courageuse, mais aussi responsable, aimable, respectueuse, ouverte, collective.
Qu`elle ne doive pas peur de l`avenir, mais qu`elle doive voir loin et grand.

Qu’elle se saisisse enfin de l’optimisme, qui n’est pas un état d’esprit changeant au gré des aléas de la vie, mais une continuelle volonté d’influer sur la vie elle-même.

C’est l’occasion pour vous chère jeunesse haïtienne de tordre le cou aux idées reçues de certains de vos aînés
Aujourd’hui, je vous appelle à une mobilisation exceptionnelle pour répondre à une situation exceptionnelle : Montrez au monde entier que la jeunesse haïtienne est la meilleure ambassadrice de la fraternité dans le respect aux autres et tolérance à soi, que nous fassions enfin le choix annexe de sourire sans attentes a demain, même si demain c`est loin.

Mon ambition dans cette lettre ouverte n’est pas pour me faire passer pour la meilleure. En aucun cas je cherche à remplir ce rôle pour lequel je ne suis pas qualifiée mais pour susciter un débat au sein de la jeunesse car je m`inquiète de voir la jeunesse dont nous faisons partie, perdre espoir et parfois s`autodétruire. Pourtant c`est bien toute cette génération et moi, le futur de notre société. Je sais pertinemment que c`est loin d`être facile mais je veux que la jeunesse haïtienne prenne en charge les questions et les réponses et qu’elle lutte pour changer le cours dangereux des choses.

Enfin, trouver la place dans cette société ou règne l`égoïsme, l`indifférence n`est pas assez facile.il ne faut pas pour autant abandonner, en aucun cas baisser les bras, il faut continuer à avancer. L`essentiel est d`assumer ses choix comme ses différences, être fière de la personne qu`on est, envers et contre tout. L`avenir est quelque chose qui se construit, il ne se forgera pas tout seul, n`oublie jamais ça.

Ambroise Marie Phara, leader, psychologue, étudiante en médecine

Document transmis à Vant bèf info (VBI), le 6 février 2016 , par Ambroise Marie Phara.